• Les Ruthènes en Bucovine et Transcarpatie

    Les Ruthènes en Bucovine et Transcarpatie  

     

    Les Ruthènes sont considérés par la plupart des sources anglo-saxonnes comme formant un groupe ethnique à part entière, appartenant à la grande famille des Slaves orientaux (appelés aussi « Russiens », parfois « Russes ») au même titre que les Russes (Grands-Russes), Ukrainiens (Petits-Russes ou « Malo-Russes »), Biélorusses (Blancs-Russes).
     
     
    Toutefois, les différences linguistiques, culturelles voire « ethnographiques » entre Ruthènes et Ukrainiens sont peu importantes et il convient de relativiser l’empressement de certains chercheurs nord-américains à vouloir faire des Ruthènes un nouveau groupe de la famille des Slaves orientaux.
     
     
    Lors du recensement de 2001 en Ukraine, les autorités ukrainiennes ont utilisé pour la première fois l’expression « groupes ethnographiques de la nation ukrainienne » pour qualifier Ruthènes, Hutsules et autres Ukrainiens carpatiques.
     
    Il s’agit d’une reconnaissance officielle d’une spécificité culturelle et linguistique de ces populations sans pour autant reconnaître l’une des revendication principales des autonomistes ruthènes de l’oblast' de Transcarpathie (région située au sud oust de l'Ukraine accolée aux Carpates ), c’est à dire le fait que les Ruthènes constitueraient une nationalité à part entière et qu’à ce titre les populations ruthènes devraient bénéficier des droits garantis par la constitution ukrainienne à tout groupe ethnique minoritaire.
     
    Les revendications politiques des autonomistes ruthènes de Transcarpathie n’ont jamais rencontré un très grand succès chez les populations ruthènes de Bucovine chez qui le terme ruthène ne constitue guère plus qu’un archaïsme synonyme d’Ukrainien dans la langue courante. ( archaïsme parce que  l'Ukraine se nommait Ruthénie à la base  mais les ruthènes transcaspienne ont refusé de se nommer ukrainien )
    • la Rus' de Kiev ou Ruthénie, dont sont issues plusieurs principautés, unifiées ultérieurement par la Moscovie, dont est issu l'Empire russe, transformé en URSS, dont la fragmentation a donné la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine, ainsi que douze autres États non-slaves, mais comportant d'importantes minorités de colons russophones. 
     
    L'Ukraine est le foyer du premier État slave oriental, fondé par des Scandinaves : la Rous' de Kiev (appelée aussi dans les écrits occidentaux Ruthénie), qui durant les xe et xie siècles est l'État le plus vaste et aussi, après l'Empire byzantin, le plus puissant d'Europe. 
     
    Toutefois, depuis 2002 les Ruthènes sont reconnus comme minorité nationale au même titre que les Ukrainiens et possèdent comme eux un siège au parlement roumain.
     
    L’influence des mouvements autonomistes ruthènes d’Ukraine et de Slovaquie se fait donc de plus en plus sentir au sein des populations ukrainiennes de Roumanie mais reste un phénomène très minoritaire ( 61 091 Ukrainiens recensés contre 262 Ruthènes).
     
    Le nombre d’Ukrainiens est de manière générale largement sous-estimé dans les recensements roumains : si officiellement il n’y aurait que 8 506 Ukrainiens et 19 « Ruthènes » en Bucovine du Sud en 2002, on évalue leur nombre réel autour de 50 000 individus dont 66 % sont Ruthènes et 44% restant sont Hutsules.
     
     
    « Roumanie ou Moldavie :Ruthènes de BucovineSyrie l'anaque -Les civils d’Alep des grands médias sont en vérité des blogueurs et des journalistes vidéo »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks