• Libye : malgré l'avance des libéraux, les islamistes n’ont pas perdu la bataille des idées

    Libye : malgré l'avance des libéraux, les islamistes n’ont pas perdu la bataille des idées
    Article publié le : lundi 09 juillet 2012 - Dernière modification le : mardi 10 juillet 2012
    La collecte des urnes et la vérification avant le comptage. Benghazi, le 8 juillet 2012.
    La collecte des urnes et la vérification avant le comptage. Benghazi, le 8 juillet 2012.
    Reuters/Esam Al-Fetori
    Par RFI

    Les Frères musulmans ne s’orientent pas vers un raz-de-marée électoral en Libye, si l’on en juge par les résultats préliminaires donnés, ce lundi 9 juillet, au compte-gouttes par la Haute commission électorale, mais le dépouillement pourrait encore durer quatre ou cinq jours.

    Le parti de la justice et de la construction (PJC), la formation islamiste investie par les Frères musulmans, avait pourtant des raisons de fonder de solides espoirs sur cette élection.

    Avec notre envoyé spécial à Tripoli, Nicolas Champeaux

    Mouammar Kadhafi avait insulté les islamistes dans leur foi. Son livre vert avait porté ombrage au Coran, dont il s‘était permis de réécrire des versets. Et puis il avait pris des mesures en faveur de l’émancipation des femmes.

     
    Première élection réussie selon Ian Martin

    Représentant spécial de l'ONU pour la Libye

     
     

    10/07/2012 par RFI

    Cette élection devait donc signifier la revanche des islamistes muselés durant quatre décennies.

    Le scénario était déjà écrit. Or le retour de l’islam ne semble pas se matérialiser dans les urnes.

    En revanche, il figure en très bonne place dans les programmes de la plupart des partis. Les libéraux, comme frappés d’amnésie, expliquent que naturellement, la charia sera inscrite au premier paragraphe de la future Constitution.

    « Les médias qui disent que notre coalition est libérale et laïque se fourvoient », a déclaré à titre d’exemple, Mahmoud Djibril, dimanche soir.

    Djibril a coupé l’herbe sous les pieds de Justice et construction, perçu en Libye comme un parti qui prend ses consignes à l’étranger.

    Or, soulignent des analystes, les Libyens veulent des solutions libyennes conçues exclusivement pour la Libye. Mahmoud Djibril ne s’y est pas trompé, sa coalition s’appelle l’Alliance des forces nationales.


     

    « Syrie: les Etats-Unis ne croient pas à un rôle positif de l'IranDes milliers de Pakistanais marchent contre l'Otan vers Islamabad »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,