Les touristes étrangers ne pourront plus fréquenter les coffee shops néerlandais et acheter du cannabis d'ici la fin de l'année 2011. Une autorisation sera nécessaire pour rentrer dans les coffee shops et elle sera réservée aux nationaux.

Le 27 mai, les ministres de la santé et de la justice ont décidé de mettre en application ces mesures. En décembre dernier, la Cour de justice de l'UE (CJUE) avait rendu un arrêt selon lequel la limitation de l'accés des coffee shops aux Néerlandais ne pouvait être considérée comme une discrimination, puisqu'il s'agissait de préserver la santé et la sécurité publique.

Criminalité

La Cour avait été saisie par le propriétaire  d'un coffee shop de Maastricht, Marc Josemans. Selon lui, ces établissements approvisionnent davantage le secteur de la criminalité organisée qu'ils ne servent la consommation personnelle des touristes et des Néerlandais. Des arguments partagés par les partis de droite.

Le gouvernement affirme qu'ils veut démanteler au moins 40% des groupes mafieux qui ont prospéré grâce aux coffee shops et à l'extension de la consommation de drogues en général.

Commerce

Sur le banc des opposants se trouvent les principales municipalités du pays, au premier rang desquelles la capitale Amsterdam, qui compte à elle seule 120 coffee shops. Selon le maire de la ville, ces mesures ne feront que mettre en péril la sécurité des touristes et des résidents, le commerce de la drogue continuera selon lui dans la rue, à la barbe des autorités.

Mais l'argument économique compte. A Amstedam près de 70% des clients de coffee shops sont étrangers, le "tourisme de la drogue" est une source de retombées économiques très importante dont les municipalités ne se passeront pas sans difficultés.

Ces mesures seront d'abord introduites dans les villes du Sud en janvier 2012, puis s'étendront dans le courant de l'année au reste du pays.